Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Adrien Delassus

2ème retour d'Afrique

Ce 2ème séjour en Afrique et 1er voyage en solo a consisté en de nombreuses retrouvailles au Benin et une découverte totale du Burkina Faso. 2 pays, 2 réalités, 2 histoires, 2 organisations. Si vous voulez etre bien guidé, en freelance, ne prenez surtout pas le Guide du Routard, que j'ai eu par défaut me procurer à l'aéroport, ayant oublié mes guides "Petit Futé" à la maison. Le GDR, meme l'édition 2014, est très peu fourni et très peu actualisé. J'ai vu de bonnes différences entre ce qu'ils écrivaient et la réalité. Le PF est nettement mieux documenté et complet sur les 2 pays en particuliers avec notamment, et c'est essentiel pour le voyage, de nombreuses Cartes !

2 pays aux particularités qui illustrent qu'il n' y a pas qu''une Afrique uniforme, et monolithe comme les médias nous le renvoie souvent. Je rappelle qu'il n'y a eu Ebola ni au Bénin, ni au Burkina, ils ont pourtant pris de plein fouet la décrue touristique sévère. Des particularités qui font que j'aurais dû apprendre 6 langues au Benin, et 5 au Burkina. Des différences aussi entre un pays qui a la démocratie en emergence, et un autre qui la pratique depuis 20 ans.

Des points communs à mon sens majeurs : un accueil magnifique, une ouverture d'esprit et une laïcité de fait, qui permet aux uns et autres de changer de religion, et de tolérer et être amis entre différentes pratiques religieuses.

Ce séjour au Benin était encore mieux cette fois ci. De beaux moments de partage, plus intenses, plus francs et de nombreuses rencontres. Dans la brousse sans électricité, sur la plage idyllique, à porto novo où restent de fabuleux bâtiments de style "brésilien" , mais aussi dans des motels sordides où j'etais le seul à ne pas avoir d" invitée". Que de paysages radieux dans lesquels la végétation se raréfie quand on évolue vers le nord. Et surtout j'ai mangé tout ce qui passait du kom, (attention ça fait grossir!) de la pate blanche , de la pate noire, quelque chose de gluant et des omelettes, des omelettes, des omelettes et des omelettes. J'ai quasiment fait tous les modes de transports routiers.

2ème retour d'Afrique

Je dois aussi amender un article préalablement écrit : il y a des trains dans ce pays ! Mais seulement de marchandises. Je l'ai découvert en rencontrant ... des cheminots à la gare de Bohicon. Mais, m'ont t-ils dit,  il y a un serieux projet de réhabilitation pour 2016 mené par Bolloré et sa société Benirail. Il est à la manœuvre pour alimenter le port de Cotonou qu'il gère, rien n'est gratuit !

2ème retour d'Afrique

J'ai franchi la frontière un jour plus tôt comme pour conjurer me sort et le massacre dont j ai pris connaissance le 14 au matin. J étais hebété. Comme en léthargie toute la journée. Je me suis senti hyper mal à l aise comme coupable de me la couler douce pendant ma chair souffre. Au dernier poste frontière le garde frontière m a présenté ses condoléances. Ça m a fait frissonner.

Le Burkina Faso est une terre à la hauteur de mes espérances : c'est absolument génial ce qui se passe ici.

Le paysage est bien différent, plus plat, plus sec, mais ponctué de nombreux barrages et retenues d'eau qui jalonnent le paysage à coté desquelles les burkinabé cultivent. La végétation est plus verdoyante dans le sud du pays.

2ème retour d'Afrique

Au cours de mon séjour, j'ai pu entre autre assister à un meeting du principal opposant, Zephirin Diabré; participer à une fête des grillades à Ouaga, traverser le pays par des routes poussiéreuses limite désertiques, voir l'école primaire de Thomas Sankara, écouter mon hôte de Ouaga me raconter l'assassinat de celui ci, aller voir des ruines énigmatiques à Loropéni, rencontrer une reine gan dans la foulée, manquer de finir la nuit au poste parce que j'avais bravé, par fougue, le couvre feu. J'ai surtout eu une rencontre, de mon frère Sekou, qui a fait complétement changé le cours de mon voyage en m'introduisant dans la société de la classe moyenne burkinabé via ses amis, ses connaissances et sa famille. Il m'a fait découvrir le plaisir ( faut pas trop me forcer ;-)) de danser dans les maquis.

Le Burkina Faso se montre aussi très déshérité et certains charlatans de tout culte utilisent les enfants pour mendier. Au poste frontière Burkina/Benin, ces derniers se ruent sur les restes des clients des maquis, ils se sont battus pour les miens. J'ai eu de serieux doutes sur l'attitude de certains de nos compatriotes mâles, "bénévoles dans les orphelinats" plutôt âgés envers les jeunes filles et jeunes gens en sachant qu'ils font souvent 3 ou 4 ans de moins que leur âge énoncé. Au Burkina, il y a beaucoup moins d'écoles et de services publics qu'au Bénin, et en raison des élections les voyages sont ponctués de nombreux contrôles routiers de la gendarmerie à chaque entrée de ville.

Dans l'ensemble, on sent le pays grogui par 27 ans de dictature.Mais le peuple burkinabe est digne et courageux. Il peut être fier de ce qu'il accomplit malgré les difficultés. Et il s'est réveillé l'an passé, et cela va se voir !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article