Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Adrien Delassus

Qu'il a été difficile d'attérir. C'était prévu, entendu, mais difficile à croire. Je crois que non seulement ce résultat est pire que le 21 avril mais il a plus de signification qu'on le croit. En tout cas, il nécessite un Agiornamento dans toutes les formations républicaines. L'ump est en train de le faire de manière subie, mais nous devons tous le faire, même EELV.

Une campagne molle et peu motivante

Déjà la tenue de cette campagne par le PS et l'UMP est un pur scandale. Ils ont été absents, sur les marchés, dans le 17 et ailleurs. Quand l'ump locale distribuait les magazines qui de toute façon sont distribués dans toutes les boites aux lettres et ce 2 week end avant le 1er tour. Quand au PS, il menait une campagne au rabais à vilipender mollement la politique qu'ils appliquent au niveau français pour réorienter l'Europe qu'ils cogèrent de toute façon. Je rend hommage aux quelques militants qui étaient là malgré tout et à l'UDI qui a fait un score honorable dans le 17ème et ailleurs.

Un soir d'élection ubuesque

La soirée d'élection chez eelv a été ubuesque. Devant les résultats, si dramatiques, les leaders écolos se sont "félicités" d'avoir moins perdu que les autres forces de gauche. Et aux éléments de langages, complétement déconnectés, comme l'a bien souligné Melenchon, a succédé une soirée dansante pour faire "contre mauvaise fortune, bon coeur" : proprement hallucinant. J'ai appris dans le canard enchainé que Pascal Durand avait pleuré : quelle saine réaction.

Mes racines sont dans le Nord, mon père issu de la bourgeoisie amienoise, ma mére est née à Henin Lietard, devenu depuis le bien connu Henin Beaumont d'un ingénieur dans la chimie. Ces terres de gauche, sont devenues les meilleures régions pour l'extreme droite, bien devant l'est et le sud est. Près de 40% en Picardie et dans le Pas de Calais. Même dans le midi, les scores ne sont pas aussi haut.

Quelques exemples :

Un village Villeret, dans l'Aisne, qui avait voté à 65% pour Hollande, a voté cette fois ci à 63 % pour Le Pen symbolise tout le gâchis et le discrédit du Parti Socialiste, qui ne représente presque plus rien et tout comme la gauche en général, EELV compris.

Un autre, Rubrescourt dans la Somme, Hollande faisait 45 voix au 2eme tour, la gauche a fait ... 8 voix. Ce dimanche 42 voix pour le FN, 61%.

Il faut néanmoins relativiser car dans de nombreux villages on ne constate pas une augmentation des voix. A Villeret, au 1er tour de la présidentielle elle avait obtenu 70 voix, dimanche dernier 64.

Dans la Somme, Marine le Pen réalise "son" 37 % des voix avec 65000 votants, 20000 voix de moins qu'aux présidentielles, quand les autres grands partis perdent 50000 voix pour l'ump et ... 75 000 voix pour le PS. En 2012, Hollande était arrivé en tete avec 28% et 98000 voix, Le Pen et Sarkozy étant au coude à coude autour de 23%.

Il n'est pas pertinent en général de comparer des élections dont le mode de scrutin est différent entre elles, mais l'augmentation exponentielle du score du fn entre les 2 élections européennes ne peut s'analyser sans le score des présidentielles.

Les enseignements

Au delà du charisme de sa dirigeante, on peut constater la désaffection totale de l’électorat de gauche pour ses représentants, les écologistes n’étant pas le réceptacle des déçus, comme ce le fut en 2009 et le Front de Gauche perdant aussi des voix, notamment par rapport à la présidentielle.

Marine Le Pen bénéficie de plusieurs atouts : elle parait comme neuve, et beaucoup plus moderne que son pere. Elle a un discours efficace pour dénoncer toutes les incohérences de notre système et à trouver des responsables et cibles faciles. On a l'impression qu'elle a vécu ce sentiment de rejet, de déclassement, de bannissement de la société. Grandir comme la fille du "Diable personnifié" peut lui avoir donné ce sentiment, cette violence et cette force de conviction. Force de conviction qui permet en tout cas de mobiliser quand les autres ne le font pas.

Nous payons encore les années Sarkozy ( 2002-2012) qui ont validé nombre de thèses prônées par le FN, en les instrumentalisant : le péril islamiste, la stigmatisation des migrants, les roms, la désignation de cibles collectives : les fonctionnaires, les professeurs, les rmistes "fraudeurs" et l'artificialisation de la politique où l'esbrouffe et le buzz ne se fait que sur des questions secondaires. Les années Sarkozy ont consacré aussi la déconnexion et le mépris des dirigeants par rapport au quotidien de vie des gens, par rapport aux travailleurs manuels et à ceux qui n'ont pas le choix.

Tous, citoyens de gauche nous sommes dans un dilemne :: soutenir le 1er ministre le plus droitier, mais aussi le plus apprécié de ce gouvernement et perdre avec lui l'essentiel de nos idées ou s'opposer et perdre, puisque c'est bien "notre" camp qui est au pouvoir. Ce qui est sur c'est que la gauche a perdu du terrain idéologique et cela est lié à la trombose, la vieillesse et l'endogamie des appareils qui tiennent ses différentes composantes.

Des réponses devenues inadaptées

Il ne suffit plus de rappeler l'histoire, car les héritiers des résistants incarnent moins bien que leurs parents cette résistance à la barbarie ou l'indolence pétainiste. Et que naturellement; au fur et à mesure des années le souvenir s'estompe sauf à rappeler sans cesse les dernières atrocités qu'ont engendré les régimes d’extrêmes droites ou d'extrême gauche dénués tous d'humanité en catégorisant et divisant la population qu'ils dominaient.

Il faut arrêter de réduire les débats politiques à des questions secondaires. Quand les différences droite gauche sont dépassées alors que les inégalités demeurent, que l'on dépossèdent des personnes de leur droit d'initiative, de leur droit d'inventer... et que leur pire ennemi devient la meilleure arme pour qu'on reconnaisse leur existence. Revenir au fondamental de la politique, à gauche. Gérer le quotidien en préparant l'avenir. Garantir l'équité de traitement et la responsabilisation du maximum de concitoyens, développer le collectif et les solidarités sociales sont quelques uns des chantiers j'etayerai cela dans mon prochain article.

Il est enfin nécessaire de dépasser les querelles sémantiques pour revenir à la question fondamentale de la réduction des inégalités et de services garantis par la collectivité. Elle est là l'erreur de la gauche et du gouvernement dans son ensemble. Quand on se sent éloigné de tout et dépossédé de son autonomie, il est normal et logique d’émettre un signal d'alerte, un appel au secours. Ce sentiment de délaissement est le meilleur allié de l’extrême droite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article